Imprimer cette page
lundi, 07 mai 2018 17:09

Arrimage ANAM/Jigisemejiri:Une opportinuté pour les CSCOM

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

DIFFICULTES :

  • Les rapports d’enquêtes mal renseignés ;
  • La lenteur dans la distribution des récépissés, au niveau certains SLDSES et MAIRIES ;
  • La faible implication des Maires ;
  • L’absence de compte bancaire pour un nombre important d’ASACO ;
  • La faible implication des Associations de Santé communautaire (ASACO) dans l’accompagnement des agents de santé ;
  • Les ruptures de stock de médicaments au niveau des Dépôts de vente de MEG des structures de soins de santé ;
  • Le retard observé dans la transmission des dossiers d’immatriculation et des demandes de remboursements ;
  • La réticence de certains bénéficiaires à fréquenter les structures de soins périphériques au profit de la médecine traditionnelle ;
  • Le non conventionnement des Médecin de campagne qui offrent des soins santé de qualité appréciable par la population.
  • Amélioration de la qualité des rapports d’enquêtes transmis ;
  • Amélioration de la qualité des récépissés ;
  • Renouvellement des récépissés expirés, des bénéficiaires du programme « JIGISEMEJIRI » pendant la durée de leur éligibilité au programme ;
  • Mise en place d’un cadre de concertation avec tous les acteurs impliqués, notamment l’UTGFS, la DNDS, DNPSES, FENASCOM et ses représentations sur le terrain ;
  • Renforcement de la communication en direction des Présidents d’ASACO, les DTC, les responsables des CSREF, les FELASCOM et la FENASCOM, pour leur implication active dans la prise en charge médicale des indigents au niveau des CSCOM et CSREF ;
  • Réduction du délai de remboursement des factures ;
  • Mise en réseau avec les structures prestataires de soins de santé ;
  • Adoption d’une grille de suivi trimestriel qui permettra de donner des informations sur les résultats obtenus, des difficultés identifiées au niveau local et propositions des solutions.    

Le Mali est un pays ou le niveau de pauvreté est très élevé (43,6% en 2010), et comme d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, la population dans les zones rurales et urbaines est fortement vulnérable à différents types de chocs (environnementaux, sociaux et économiques). Il est estimé que plus de 25% de la population est en pauvreté chronique et dans l’insécurité alimentaire. Cette vulnérabilité a été aggravée par la récente crise politico-militaire et a ainsi accru la demande déjà forte pour des programmes de Filets Sociaux (FS) efficaces.

Dans ce contexte, le Gouvernement de la République du Mali, avec le soutien financier et technique de l’Association Internationale de Développement (IDA), met en œuvre le Programme de Filets Sociaux « Jigiséméjiri » pour (i) répondre aux besoins immédiats et permanents des ménages en pauvreté chronique et en vulnérabilité, et (ii) créer des opportunités pour leur avenir en appuyant les stratégies de développement humain telles que l'investissement dans la santé infantile et l'adoption de pratiques modèles en matière de nutrition et d’hygiène.

Le programme comprend trois composantes essentielles :

  1. Transferts monétaires et mesures d’accompagnement: transferts monétaires ciblées aux ménages les plus pauvres (et en insécurité alimentaire) avec des mesures d’accompagnement afin de créer une incitation pour les familles à investir dans l'éducation des enfants, la santé des enfants et des femmes enceintes et prévenir la malnutrition chronique; 
  2. Mise en place d’un système de filets Sociaux: un appui institutionnel à la mise en place des éléments clés d'un système de filets sociaux (notamment un système de gestion de l’information, un registre unique, un système de ciblage, des systèmes de paiement et suivi-évaluation); et 
  3. Gestion de projet: une unité de gestion de l'opération. L'un des domaines de ce programme est la prise en charge des cas de risque santé. Aussi l'agence national assurance maladie à immatriculé et délivré les récépissé de l'ANAM aux 8 892 080 bénéficiaires éligibles reparties comme suit: KAYES -2 212 781; KOULIKORO- 3 316 629; SIKASSO- 4 429 335; SEGOU -5 519 905; MOPTI -6 612 202 et BAMAKO -771 235.

     

    L’Agence Nationale d’Assistance Médicale (ANAM) a initié un vaste programme de formation des acteurs de la santé communautaire (FENASCOM, FERASCOM, FELASCOM, ASACO, DTC et Gérants des Dépôts de Médicaments Essentiels Génériques. L’exécution de ce programme a démarré en 2015 et se poursuit par les équipes de formateurs constituées à cet effet, composées des Chefs du Centre de Santé de Référence, du Service Local du Développement Social et de l’Économie Solidaire et du Présent FELASCOM de chaque District Sanitaire.

    L'ANAM a aussi initié des programme de formation des ASACO et des DTC et ou gestionnaires des CSCOM  2018 : Kayes -126, Koulikoro -198, Sikasso -85 ;Ségou -85, Mopti -121 soit un total de 615.

    Les résultats obtenus en termes de formations des acteurs et de prestations offertes aux bénéficiaires du programme JIGISEMEJIRI sont les suivants : présidents FERASCOM-05 ; présidents FELASCOM -43 ; présidents ASACO -732 et DTC -525 et prestations médicales offertes par les CSREF.

  4. CSREF

    2014

    2015

    2016

    2017

    2018

    TOTAL

    01

    KITA

       

    3

    97

    65

    165

    02

    CIII

    15

    37

    163

    708

    355

    1278

    03

    FANA

    133

    106

    46

    70

     

    355

    04

    KOLONDIEBA

     

    1

       

    5

    6

    05

    DIOILA

    7

    11

    3

    67

     

    88

    06

    KOUTIALA

    13

    372

    875

    1275

    860

    3395

    07

    NIORO DU SAHEL

       

    45

    41

     

    86

    08

    TOMINIAN

         

    62

     

    62

    09

    DIEMA

         

    25

     

    25

    10

    BLA

     

     

     

     

    58

    58

    11

    BANKASS

     

     

     

     

    47

    47

    TOTAUX

    168

    527

    1135

    2345

    1390

    5565

     

    prestations médicales offertes par les CSCOM

    CSCOM de

    2014

    2015

    2016

    2017

    2018

    TOTAL

    01

    BADIALAN III

    8

     

    21

    22

    51

    51

    02

    DRAVELA

     

    70

    120

    168

    358

    358

    03

     BOURA

     

    107

    1423

    499

    2029

    2029

    04

    DIABIGUE

     

     

    105

    106

    211

    211

    05

    BOUGOULA

     

     

    375

    30

    405

    405

    06

    SOMO

     

     

    62

    157

    219

    219

    07

    OURIKELA

     

     

    154

    113

    267

    267

    08

    MENEMBA

     

     

    274

    272

    546

    546

    09

    BENDOUGOUBA

     

     

    192

    94

    286

    286

    10

    N’GOLOBOUGOU

     

     

    71

    65

    136

    136

    11

    SAME

    2

    6

     

     

    8

    8

    12

    KEBILA

     

    32

     

    365

    397

    397

    13

    DIALAKOROBA

     

    22

     

    203

    225

    225

    14

    SANDARE

     

     

    17

    21

    38

    38

    15

    MOABOUGOU

     

     

    13

     

    13

    13

    16

    N'DJILLA

     

     

    38

    87

    125

    125

    17

    DOUGOUFE

     

     

    32

    119

    151

    151

    18

    DIANKOUNTE CAMARA

     

     

     

    8

    8

    8

    19

    KADIANA

     

     

     

    415

    415

    415

    20

    DEGENEKORO

     

     

     

    270

    270

    270

    21

    GARNA

     

     

     

    58

    58

    58

    22

    DIARRAH

     

     

     

    40

    40

    40

    23

    TIONGUI

     

     

     

    104

    104

    104

    24

    DIAKA

     

     

     

    79

    79

    79

    25

    TAMANI

     

     

     

    88

    88

    88

    26

    KORERA-KORE

     

     

     

    28

    28

    28

    TOTAUX

     

    10

    237

    2897

    3411

    6555

    6555

Les remboursements aux ASACOCSCOM par région en 2017 et 2018 se sont élevés à

REGIONS

2017

2018

TOTAL

KAYES

1 847 267

65 009

1 912 276

KOULIKORO

890 710

0

890 710

SIKASSO

7 697 502

194 737

7 892 239

SEGOU

922 465

350 696

1 273 161

MOPTI

 

0

0

BAMAKO

1 492 935

0

1 492 935

TOTAL GENERAL

12 850 879

610 442

13 461 321

DIFFICULTES :

  • Les rapports d’enquêtes mal renseignés ;
  • La lenteur dans la distribution des récépissés, au niveau certains SLDSES et MAIRIES ;
  • La faible implication des Maires ;
  • L’absence de compte bancaire pour un nombre important d’ASACO ;
  • La faible implication des Associations de Santé communautaire (ASACO) dans l’accompagnement des agents de santé ;
  • Les ruptures de stock de médicaments au niveau des Dépôts de vente de MEG des structures de soins de santé ;
  • Le retard observé dans la transmission des dossiers d’immatriculation et des demandes de remboursements ;
  • La réticence de certains bénéficiaires à fréquenter les structures de soins périphériques au profit de la médecine traditionnelle ;
  • Le non conventionnement des Médecin de campagne qui offrent des soins santé de qualité appréciable par la population.
  • Amélioration de la qualité des rapports d’enquêtes transmis ;
  • Amélioration de la qualité des récépissés ;
  • Renouvellement des récépissés expirés, des bénéficiaires du programme « JIGISEMEJIRI » pendant la durée de leur éligibilité au programme ;
  • Mise en place d’un cadre de concertation avec tous les acteurs impliqués, notamment l’UTGFS, la DNDS, DNPSES, FENASCOM et ses représentations sur le terrain ;
  • Renforcement de la communication en direction des Présidents d’ASACO, les DTC, les responsables des CSREF, les FELASCOM et la FENASCOM, pour leur implication active dans la prise en charge médicale des indigents au niveau des CSCOM et CSREF ;
  • Réduction du délai de remboursement des factures ;
  • Mise en réseau avec les structures prestataires de soins de santé ;
  • Adoption d’une grille de suivi trimestriel qui permettra de donner des informations sur les résultats obtenus, des difficultés identifiées au niveau local et propositions des solutions.  
Lu 493 fois
Dialloi

Dernier de Dialloi